Marie Quantier

Connexion

Vérifiez votre e-mail
Mot de passe incorrect
Qui sommes-nous ?

Quelle est la raison d'être de Marie Quantier ?

Marie Quantier accompagne sur les marchés financiers toutes celles et ceux qui sont curieux et qui aiment prendre des décisions. Marie Quantier donne les moyens technologiques de s’enrichir par soi-même. Nous sommes installés à Paris et à Los Angeles.

Depuis trop longtemps, le savoir technologique s'est retrouvé cantonner dans les mains des meilleures banques d’investissement. Il est temps de changer la donne en « packageant » les technologies les plus puissantes dans une application mobile (et web) simple d'utilisation.

Nous croyons dans la transparence et l'intégrité. Nous éliminons les conflits d'intérêt.


Quel est l'ADN commun des membres de l'équipe ?

Passion

La passion pour son domaine d'expertise permet de tenir le rythme grâce au plaisir que l'on ressent à apprendre sans relâche. Notre secteur d'activité est extrêmement compétitif, seule la passion nous permet de continuer sans cesse à innover.

Rigueur

Nous opérons dans un domaine où la rigueur est au coeur de tous les succès. Il faut être capable de réfléchir en profondeur, rapidement et, régulièrement, dans un environnement hostile. Seule la rigueur permet de s'y épanouir.

Spécialisation

Nous sommes une équipe qui collectivement "Get Things Done", dans la recherche permanente de l'excellence. Cela exige de nous de rester extrêmement focalisés : les conseils générant le plus de performance sur les marchés financiers pour nos clients


Quel est notre motto ?

De Python à Youtube en 300 millisecondes !

Notre ingénierie financière produit des indicateurs puissants qui permettent d'identifier des sources de performance #Python. Mais ce n'est pas suffisant. Il faut aussi pouvoir rendre nos conseils et suggestions faciles à comprendre #Youtube. Pour respecter notre raison d'être, nous devons réduire à l'extrême la durée séparant l'apparition des signaux financiers, la disponibilité des allocations suggérées sur les app mobiles des clients et l'accès aux matériels explicatifs #300Milliseconds. Tout ce que l'on fait doit pouvoir être compris facilement, modifiable sur l'app mobile par les clients et source de performance sur les marchés financiers.

Mathieu Hamel, CEO

L'application Marie Quantier est née de l'envie de pouvoir gérer notre propre argent rapidement. Bien équipé, un mauvais investisseur génère plus de performance qu'un bon, mal équipé. On s'est dit, bâtissons un équipement exceptionnel et proposons-le à toutes celles et ceux qui savent prendre des décisions. Il fallait créer une plateforme avec une puissance d'analyse équivalente à celle d'une banque d'investissement mais facile d'utilisation et accessible sur mobile.

Partenariats scientifiques

Afin d'offrir une gestion conseillée (Advisory Asset Management) personnalisée et interactive, il n'était pas possible d'utiliser le concept de volatilité pour mesurer le risque car le cerveau humain n'exprime pas la tolérance au risque de cette manière. Il fallait passer à la notion de risque de baisse, intuitive, pour exprimer un budget de risque (Baisse Maximale ou Maximum Drawdown).

Pour que la navigation soit agréable et fluide, il est nécessaire de pouvoir évaluer en quelques secondes l'impact d'une modification de notre portefeuille sur la consommation de notre budget de risque.

Pour réaliser cette prouesse technique, il a fallu développer une technologie de HPC (Calcul Intensif ou High Performance Computing) dont les calculs sont distribués entre des super-calculateurs, du Cloud Computing et la CPU disponibles dans les smart phones.

Le développement de cette technologie a été rendu possible par le prêt de super-caculateurs par l'université Jussieu, les plus puissants d'Europe en dehors des super-calculateurs militaires. Grâce à eux, nous avons pu décomposer la sollicitation de la puissance de calcul et définir la distribution optimale.

HPCPME UPMC ICS

Nous travaillons avec l'Institut du Calcul et de la Simulation (ICS) de l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) dans le cadre de l'initiative HPC-PME pour développer une technologie unique basée sur les super-calculateurs (High Performance Computing). Cette technologie vous donne accès à un outil unique pour évaluer le potentiel de baisse d'un investissement sur des portefeuilles personnalisables et dont les résultats sont disponibles sur ordinateurs portables, tablettes et mobiles.

Fondateurs et Investisseurs

S'inscrire dans une tradition

Notre équipe, composée de scientifiques, docteurs ou ingénieurs, de programmeurs de talent et de financiers, s'inscrit dans une histoire longue de l'industrie financière. Trois entreprises d'exception nourrissent notre désir d'excellence pour nos clients.

AQR, Bridgewater et Carmignac. AQR car c'est la première institution financière à avoir donné accès aux stratégies de hedges funds aux investisseurs particuliers. Bridgewater car c'est le premier Hedge Funds à avoir développé des technologies d'identification de régime de marché pour obtenir de la performance quelles que soient les conditions économique et financières, notamment en étant pionnier dans l'analyse quantitative de la macroéconomie financière. Et enfin, Carmignac, les premiers à avoir développé une gestion des risques d'excellence basée sur le contrôle de la baisse maximale.


Mathieu Hamel, co-fondateur

Mathieu, normalien, a été trader propriétaire à Londres pour Macquarie, la banque d'investissement australienne n°1 et, avant cela, pour la banque américaine Bear Stearns. Ancien ingénieur financier pour la Société Générale à Paris. Il donne un cours sur les dérivés à l’Université Dauphine depuis 8 ans et a étudié en doctorat INRIA les mathématiques appliquées.

Johanna Meillon, co-fondateur

Johanna, diplômée de l'université Dauphine à Paris et de la Bocconi à Milan, a été responsable de la vente de la recherche sur le marché japonais pour Macquarie, puis Japon et Asie pour Jefferies à Londres. Experte en méthode de gestion quantitative, elle a couvert les investisseurs institutionnels européens aussi bien en hedge funds, qu'en "long only".

Peter Kasch, Chairman

Américain, diplômé d'Harvard, fondateur de Catalyst Capital, société d'investissement dans l'immobilier en Europe. Il a effectué plus de 4,5 milliards d'euros de transaction.

Stéphanie Hospital, Membre du board

Française, diplômée de Grenoble école de Management, vice-présidente d'Orange Digital, elle a géré l'acquisition de Daily Motion par Orange. Elle a fondé OneRagtime.

Marc Litzler, Membre du board

Français, Polytechnicien, a permis à la banque d'investissement de Société Générale de passer de quelques traders à leader mondial dans les dérivés, notamment actions. Puis président de la banque d'investissement et de financement du Crédit Agricole.

Patrick Sollinger, Membre de l'Advisory board

Allemand, Universtät Trier, University of Denver, directeur monde du trading chez Unicredit et, avant cela, chez HypoVereinsbank.

Jean-Jacques Legendre, Membre de l'Advisory board

Français, Université de la Sorbonne, directeur chez BNP Paribas, Morgan Stanley et Deutsche Bank.

L'histoire de Marie Quantier

La pionnière qui nous inspire

Portrait Marie Quantier

Naissance dans la France de la révolution industrielle

Marie Quantier naît en 1879 à Amiens, dans le nord d’une France à l’orée d’une expansion industrielle sans précédent. Le pays est alors traversé de mouvements dont l’écho résonne encore dans notre société actuelle. Positivisme, socialisme, féminisme, républicanisme s’emploient alors à transformer en profondeur les mentalités, et, avec le temps, y parviennent.

Enfance « Belle-Époque »

Si la misère sociale se répand toujours comme un fléau, les drames de la commune de Paris n’ont pas encore dix ans, l’air du temps n’en est pas moins à l’optimisme. Bien que toujours profondément ancrées, les traditions voient les dogmes remis en question. Marie Quantier étudie d’ailleurs à l’école catholique Saint-Jacques. Partout, les assauts de la raison repoussent les idées reçues. L’esprit de ce temps est sûr de lui et la « Belle-Époque » façonne le monde. Les « jeunes filles en fleurs » de Proust, les toiles de Monet et des impressionnistes, les compositions de Debussy, de Ravel ou de Saint-Saëns inspirent le monde. Bien que la jeune République française n’ait pas encore réalisé l’égalité des chances, cette fin de siècle avance avec la certitude que tout est possible.

Éducation et émancipation

Marie Quantier reçoit une éducation secondaire stricte, lui assurant la compréhension des enjeux de son temps. En 1900, à vingt et un ans, c’est à l’exposition universelle de Paris qu’elle fête sa majorité. Cet esprit curieux ne sera jamais rassasié : mathématiques, théâtre, mode, spiritisme, finance, aucune discipline n’y parviendra totalement. La lecture de Jules Verne a tracé, comme chez des milliers d’enfants d’alors, des sillons d’où fleurissent créativité et désir d’inconnu. Au goût assuré et nourri par la lecture des « petits échos de la mode », elle sait jouer de son allure élancée. Les bonnes manières, transmises lors de ces après-midi passés au château où son père avait l’un de ses plus fidèles clients, terminent la présentation de cette femme d’exception.

Une pionnière de l’investissement

En 1907, ses parents, qui possédaient une graineterie, disparaissent. La revente de celle-ci fournira le capital de départ à cette pionnière d’un genre nouveau. Marie Quantier pense que la liberté passe par l’indépendance financière, elle travaillera ! Marie Quantier veut être acteur de son époque qu’elle aime profondément, elle investira ! Marie Quantier sait que tout est éphémère, ce qui fleurit un jour, fane celui d’après, elle diversifiera ! A une époque où pour une femme, travailler par goût et non par besoin est à la limite de la subversion, lire le journal quotidiennement pour investir, n’est rien de moins qu’une révolution.

Le prodige de la diversification

Cette femme du XIXe siècle, n’ayant pas fait d’études supérieures, a pu traverser, tout en faisant prospérer son patrimoine financier, le krach de 29, la crise des années trente et, le tout, avec des emprunts russes en portefeuille. Ceux-là mêmes qui envoyèrent à la ruine de très nombreux épargnants français lorsque les dirigeants bolcheviques refusèrent de payer les dettes contractées par le tsar. La stricte discipline d’investissement à laquelle Marie Quantier s’est astreinte est à l’origine de cette réussite. Son génie s’explique en un mot : la diversification.

Investir, c’est bâtir !

Ce n’est que la seconde guerre mondiale qui mettra un terme à sa florissante activité à l’âge de 60 ans. Elle tirera cependant de son capital de quoi subvenir aux besoins de sa famille en ces temps difficiles. Pour Marie Quantier, investir c’était aussi cela, être libre, indépendante et protectrice des siens. Marie Quantier s’éteindra à l’âge de 92 ans. Imaginez la France de 1879 et celle de 1971. Investir, c’est bâtir !