Marie Quantier

Connexion

Vérifiez votre e-mail
Mot de passe incorrect
Comment réduire les frais pour augmenter la performance ?

Aider les investisseurs à acheter leurs produits financiers

Les conseils de Marie Quantier sont totalement indépendants. Nous ne percevons pas de rémunération sur les transactions réalisées par nos clients, ni sur les frais de gestion des fonds dans lesquels ils investissent. Nous sommes rémunérés par les abonnements et par une commission de performance de 5% sur les gains que nos clients réalisent (lorsqu'un client réalise un gain de 100, nous percevons 5).

Ainsi, nous n'avons pas d'intérêt à ce que nos clients réalisent des transactions inutiles pour toucher une commission sur ces frais (ce qui est le cas des conseillers travaillant pour les courtiers comme Boursorma ou BforBank par exemple), ni à conseiller tel ou tel fond (ce qui est le cas des conseillers travaillant pour les banques ou les producteurs de produits financiers) pour toucher une commission sur les frais de gestion.

De plus, l'existence de la commission de performance sur les gains vous assure que nos conseils ont comme unique objectif la performance de nos clients et non pas de faire semblant de donner des conseils pour justifier le coût de l'abonnement.

Les frais de transaction d'un compte-titres

Les frais de transaction sont associés à tout achat ou vente de titres financiers. Ils sont prélevés directement par le courtier, sur le compte de nos clients.

A l'heure actuelle, Interactive Brokers® est le courtier le moins cher pour un investissement diversifié à partir d'un compte-titre. Les frais minimum (de l'ordre de 8€ par mois) prélevés par Interactive Brokers® correspondent aux frais dits de "dépositaire". Ce coût disparait lorsque l'on investit plus de 90 000 euros. C'est le coût de la sécurisation de vos avoirs sur un compte de banque. L'ouverture d'un compte se fait à partir de 5000€. C'est d'ailleurs le montant à partir duquel il devient possible d'obtenir un portefeuille correctement diversifié.

Bourse Direct et Binck présentent eux aussi une tarification intéressante. Bourse Direct et Binck n'ont malheureusement pas encore développé la technologie permettant aux sociétés technologiques comme Marie Quantier de travailler avec eux. Cela ne devrait plus tarder.

Les frais de l'assurance-vie

L'assurance-vie présente plusieurs strates de frais. Il existe des frais de gestion (aussi bien pour les fonds-euros que pour les Unités de Compte qui permettent d'investir directement sur les marchés financiers). Les contrats les moins chers actuellement se situent autour de 0,6% par an de la somme investie. Ces frais rémunèrent l'assureur qui sécurise les avoirs de l'investisseur. Ces frais représentent la contrepartie de la réduction fiscale de l'assurance-vie

A cela s'ajoute les frais d'arbitrage, régulièrement jusqu'à 1% des sommes achetées ou vendues. Certains contrats présentent des frais de transaction à 0 euro. Comme nous savons que rien n'est jamais gratuit, nous n'apprécions pas particulièrement ce type de contrats. En effet, cela veut dire que d'autres frais sont prélevés autre part sans que l'on ait de contrôle dessus. Le contrat Suravenir Marie Quantier I présente des frais d'arbitrage de 0,1%, ce qui est très faible et représentant équitablement le service rendu.

Enfin, il existe des frais dits d'"entrée". Ces frais peuvent atteindre jusqu'à 5% des sommes versées sur le contrat. Ces frais n'ont pas de légitimité. Nous recommandons fermement d'arréter d'alimenter des contrats présentant des frais d'entrée.

Les frais de gestion des fonds d'investissement ou unités de compte

Lorsque l'on investit sur les marchés financiers, 2 possibilités se présentent à nous. Dans la première, on choisit soi-même les entreprises et les états dans lesquels on souhaite investir. Dans la seconde, on investit dans un fond géré par un gérant. Dans ce cas, c'est le gérant qui choisit les entreprises et les états où notre argent est investi.

Les fonds, OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières : Sicav et FCP) sont gérés par un gérant. En contrepartie, les frais de gestion annuels associés s'établissent entre 1% du capital investi et plus de 3% par an pour les fonds complexes. La moitié de ces frais est habituellement rétro-cédée aux Conseillers en Investissement Financier ou à la banque du conseiller bancaire. Ces frais correspondent d'ailleurs à la majeure partie (jusqu'à 80%) du coût total d'une assurance-vie.

Heureusement, depuis une dizaine d'années, ce sont développés des paniers d'actions que l'on peut acheter ou vendre comme si ce n'était qu'une seule entreprise. Cela s'appelle des ETF ("Exchange Traded Funds"), parfois aussi appelés en France, des Trackers. Pour ce service, des frais de gestion plutôt faibles sont prélevés, de l'ordre de 0,25% de la somme investie (soit près de 10 fois moins cher que les fonds).

Pourquoi utiliser des ETF

Depuis plus d’une dizaine d’années déjà, un nouveau type de produit est apparu : il s’agit des ETF (Exchange Traded Fund ou Tracker). Ces titres suivent très fidèlement l’évolution d'un indice (pour les actions et les obligations). Par exemple, l'indice phare pour les actions françaises est le CAC 40 (ETF CAC 40), l'ETF suivant l'indice des actions technologiques européennes (ETF STOXX Europe 600 Technologie), ou encore les obligations d’État américain (ETF Barclays Bons du Trésor USA 20 ans).

Un indice est une méthodologie d'investissment pré-déterminée en fonction de critères objectifs et connus à l'avance comme la valeur de l'entreprise par exemple.

Les ETF présentent des frais très faibles (0,25% par an en moyenne) et une transparence totale. En effet, il est possible de savoir exactement comment est investi notre argent à chaque instant grâce aux ETF.

Refuser les rétrocessions dans vos contrats d'assurance-vie

Pour éviter tout conflit d’intérêt, il est nécessaire d'éviter les rétrocessions sur les placements de ses clients. Habituellement la majorité de ces frais est reversée aux conseillers. Malheureusement avec ce système, le conseiller est incité à recommander les titres financiers qui lui procurent la plus forte rémunération. Même si le professionnalisme de votre conseiller est grand, la tentation est parfois trop forte, surtout si la qualité de vie de sa famille est en jeu. C'est pourquoi, par principe, nous refusons chez Marie Quantier le système des rétrocessions sur les Unités de compte.