Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

WEEKLY #38 // semaine du 12 Août 2018
par Mathieu Hamel 12/08/2018 Weekly

Le but de ces notes hebdomadaires est de vous aider à suivre la narration des marchés afin de comprendre et d'anticiper ces derniers. Construisez ainsi une opinion critique sur nos recommandations et personnalisez vos investissements quand vous le souhaitez.

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Cette semaine sur les marchés...

  • Les données de l’inflation US ont été positives, au plus haut depuis septembre 2008. L’inflation, sur un rythme annualisé, s’est établie à 2,4%. 2% correspond au seuil important pour les banques centrales. Pourtant, de manière paradoxale, les derniers chiffres concernant les augmentations de salaires, le taux de croissance du salaire horaire, n’indiquait pas de retour des pressions à la hausse. Et donc d’un début d’inflation. De même, le taux de participation à l’emploi a arrêté d’augmenter et reste très en dessous des niveaux d’avant la crise de 2008. 63% actuellement par rapport à 67% avant 2008. Ces deux facteurs sont un frein au retour de l’inflation. C’est pourquoi le chiffre de cette semaine est particulièrement significatif. Malgré cela, les taux d’intérêt à 10 ans aux USA ont baissé de 2,95% à 2,85%. La géopolitique en est la raison.

  • Les taux d’intérêt ont baissé brutalement lorsque les évènements en Turquie, marqués par une baisse de 19% en une seule journée de la devise turque, ont provoqué une forte demande pour les valeurs refuge. Dans le même temps, le dollar a augmenté face à l’euro. Le dollar a passé le seuil de 1,15. Le consensus a pris peur d’une contagion de la crise turque sur la zone euro. Les engagements bancaires en Turquie des banques de la zone euro auraient fait la transmission. Les banques espagnoles avec BBVA en tête, seraient exposées à 80 milliards d’euro aux banques turques. Les banques françaises, BNP en tête, seraient exposées à hauteur de 30 milliards. Et enfin, les banques italiennes, Unicredit en tête, seraient exposées à hauteur de 18 milliards. Il nous semble que le marché a sur-réagi si l’on se base uniquement sur ces données. C’est pourquoi, il nous semble important de rappeler que le risque pour l’Europe, plus indirect, mais plus important, serait la sortie de la Turquie de l’Otan. Cela s’accompagnerait de l’expulsion vers l’Europe des réfugiés syriens actuellement en Turquie. Leur nombre est estimé à 3,5 millions, principalement des réfugiés de la guerre civile. Erdogan est au pouvoir depuis 2003. La tentative de coup d’Etat de 2016 a modifié sa relation au pouvoir, devenu plus autocratique, théocratique et népotique. Nous croyons qu’il est plus autocratique et népotique que théocratique. Le prétexte des sanctions américaines, qui ont catalysé la baisse de vendredi, nous semble fallacieux. Nous n’arrivons pas à oublier que Géorgie, Ukraine et Turquie ont été désignés, il y a 10 ans, comme les enjeux géopolitiques majeurs de la Russie.

  • Si vous pensez que la situation géopolitique ne va pas se détériorer entre les USA et la Turquie outre mesure, alors nous avons préparé une suggestion « active ». Les suggestions « active » complètent les suggestions « autopilot » qui dépendent des changements de la météo des marchés. Les suggestions « Active » permettent d’avoir une implication plus active dans la gestion de votre portefeuille. Notamment lorsque les facteurs ne sont pas directement économiques ou financiers, comme la politique ou la géopolitique. Cette suggestion « active » consiste à vendre les positions obligataires du portefeuille et d’attendre une opportunité de réinvestissement avec des taux d’intérêt plus hauts. Si vous êtes parfaitement convaincu que l’escalade des sanctions n’aura pas de lendemain, il est aussi possible d’investir, en fonction de votre budget de risque, dans une ETF bancaire comme le iShares Stoxx Europe 600 Banques DE000A0F5UJ7 ou le Lyxor Stoxx Europ 600 Banques FR0010345371.

    Ci-dessous, retrouvez nos deux vidéos afin de comprendre notre analyse de la situation et d'appliquer cette suggestion ACTIVE, si souhaité.

    Notre équipe reste bien évidemment disponible pour vous accompagner. N’hésitez pas à nous contacter.

    1/ Visionnez notre video sur l'analyse de la situation

    .

    2/ Suivez les étapes pour appliquer cette suggestion d'investissement ACTIVE proposée par Marie Quantier.


Mathieu Hamel