Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

Marx, cet économiste de génie !
par Mathieu Hamel 29/01/2015 Le temps d'un café

Les écrits de Marx ont indiscutablement représenté une avancée dans la compréhension de l’économie. Cependant, en ne prenant pas en compte le processus d’innovation, les théories de Marx ne permettent pas de comprendre le monde économique actuel.

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Comprendre les erreurs de Marx aide à investir avec profit sur les marchés financiers et à gérer son portefeuille personnel

Marx était génial, mais il s’est trompé. Et il s’est trompé de manière indiscutable. Non, en raison de la reprise des ses théories par des dictateurs comme Staline par exemple, mais parce que les conclusions de ses démonstrations théoriques se sont avérées fausses. Une des principales théories de Marx, présentée dans le «Capital», présente l’exploitation des travailleurs comme nécessaire pour lutter contre la menace de la « baisse tendancielle du taux de profit ». En d’autres termes, les profits, nécessaires à la survie du capitalisme, étaient voués à disparaître sans l’exploitation des travailleurs. Cette hypothèse était pertinente du temps de Marx, mais en aucun cas de nos jours.

Le génie de la baisse tendancielle du taux de profit

Marx est cependant génial car très tôt, il a cherché à concevoir un modèle général en se posant des questions sur les aspirations des hommes. Peut-être a-t-il sous-estimé la propension de l’espèce humaine à hiérarchiser son organisation sociale, mais ce n’est pas cet aspect de sa théorie qui intéresse ici.

Marx explique «la baisse tendancielle du taux de profit» en supposant des rendements décroissants du capital, opinion partagée au XIXe siècle. Le capital rapportant de moins en moins, il ne restait que l’exploitation des travailleurs pour maintenir les profits. Cette hypothèse est fausse car les rendements du capital ne sont pas décroissants. En effet, dès qu'il y a de l'innovation, ce n'est plus le cas.

L'économie est une science sociale

L’économie, comme les autres sciences sociales, est différente des sciences dite «dures» comme la biologie ou la physique, en ce qu’il est impossible de tester les hypothèses formulées en un court laps de temps. En effet, contrairement à la chimie, autre exemple, science pour laquelle il existe des laboratoires de test, l’économie demande l’observation des sociétés humaines sur des dizaines d’années pour valider ou non des idées.

Grandes étapes de la réflexion économique depuis Marx

En effectuant un rapide tour d’horizon de l’histoire de la pensée économique, il apparaît que cette science évolue lentement. Les «classiques» supposaient que la valeur des choses réside uniquement dans le temps passé à y travailler. Ils proposent ainsi un modèle, qui, poussé au bout de sa logique, donne la théorie de Marx. Cependant la théorie de Marx ne prend pas en compte l’impact de la monnaie sur la production. Ce sera le sujet d’étude des économistes des années 30 aux années 60. Puis viennent les questionnements sur les sources de la croissance économique dans les années 70 et 80, qui ne peut être expliquée par l’unique alliance du travail et du capital. Ensuite, face aux hypothèses qui prévoyaient une omniscience des êtres humains pour expliquer la croissance économique, trop éloignées de la réalité, la science économique s’est mise à réfléchir sur des modèles où les hommes n’avaient pas accès, à tout moment, à la compréhension instantanée de toute l’information disponible. Enfin, pour prendre en compte l'irrationnel quelques fois observé dans les prises de décision, l’économie comportementale s'est mise à explorer l’impact de la psychologie des êtres humains. Sans effectuer ce travail, il était impossible d'analyser le processus d’innovation des sociétés modernes.

Il aura donc fallu plus d’un siècle pour comprendre complètement pourquoi la théorie de la baisse tendancielle du taux de profit, selon les écrits de Marx, était erronée.

Message réglementaire: "Attention, tout investissement comporte un risque de perte en capital. Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Les supports en unités de compte et ETF ne sont pas garantis et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse. L’entreprise d’assurance ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais pas sur leur valeur."


Mathieu Hamel