Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

Versements: entre épargne et lissage du risque
par Nicolas Pierret 26/08/2016 Le temps d'un café

On a souvent le réflexe de faire des versements mensuels pour voir augmenter plus vite la valeur de son capital. Cependant, on oublie bien souvent que lorsque ces versements sont réguliers et stables, ils permettent aussi et surtout d'atténuer les fluctuations liées aux marchés financiers. Vous pouvez ainsi investir sereinement sur les marchés financiers et contrôler votre budget de risque.

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Effectuer des versements pour atteindre plus rapidement nos objectifs

Bien gérer son épargne entre livrets, assurance-vie et marchés financiers

Que l'on cherche à s'acheter un appartement plus grand ou avoir une somme investie sur les marchés suffisante pour percevoir un revenu complémentaire significatif des dividendes, l'effort d'épargne du départ est important.

La première chose à faire consiste à déterminer notre capacité d'épargne maximale et commencer à réaliser les virements chaque mois vers son compte épargne de type livret. Une fois que l'on a une idée plus précise de la somme qui ne nous met pas dans le rouge (au bout de 3 mois), il est temps de fixer la somme que l'on va virer sur son assurance-vie.

Pour lisser le risque de fluctuation des marchés financiers (nous allons le voir juste après), l'important est de réaliser des versements réguliers et stables. On peut augmenter ses versements, mais pour gérer le risque, il faut respecter le cliquet et ne pas diminuer. En d'autres mots, mieux vaut investir moins mais régulièrement que beaucoup de manière aléatoire.

Imaginons que vous parveniez à épargner 500 euros par mois, alors placez 200 euros sur votre assurance-vie et 300 euros sur vos livrets. L'argent sur votre livret vous apporte de la tranquillité d'esprit et vous permet de vous offrir des plaisirs.

L'argent sur votre livret vous donne aussi la possibilité d'investir une somme importante lorsque les marchés ont fortement baissé pour de mauvaises raisons d'humeur et que l'économie se porte toujours bien (et que par conséquent les marchés vont rapidement remonter comme cette année par exemple)

Lisser les fluctuations et éliminer le risque d'entrée sur le marché grâce aux versements réguliers

L’investissement à intervalle régulier permet de lisser les fluctuations. Lorsque que le marché baisse, la valeur de votre portefeuille baisse moins que le marché, en contrepartie, lorsque le marché monte, il monte moins vite que le marché.

Cette pratique de l'investissement est très recommandée lorsque les sommes investies sont importantes à nos yeux. En effet, les fluctuations violentes peuvent gâcher la vie quotidienne et dans le pire des cas nous faire prendre de mauvaises décisions.

C'est pourquoi, lorsque l'on décide de se bâtir un patrimoine, il est essentiel d'avoir la discipline de réaliser des versements réguliers. D'ailleurs, c'est exactement ce que l'on fait lorsque l'on rembourse notre crédit immobilier, non ?

En quoi la technologie nous apporte-t-elle quelque chose dans cette démarche ?

La gestion de ce risque que les financiers appellent le « market timing » ou « moment d’entrée sur le marché », critique pour la gestion d'un portefeuille personnel, n'était pas possible avant. Pour que cela soit rendu possible, il a fallu développer et rendre disponible sur "smart phones" deux savoir-faire technologiques:

  • Une technologie de météo des marchés pour déterminer l'allocation optimale en fonction des conditions économiques et financières actuelles pour ne pas réinvestir dans des titres dont on a la certitude qu'ils vont continuer de baisser (comme les actions japonaises après la crise immobilière ou les actions européennes après la bulle internet)
  • Une technologie de calcul du risque de baisse prenant en compte les versements pour s'assurer de toujours respecter le budget de risque que l'on s'est fixé

Investir progressivement son capital en tranche

Lorsque le montant de notre investissement est important par rapport aux versements que l'on peut faire, le risque d'entrée sur le marché devient extrême. C'est pourquoi, il devient suicidaire de ne pas investir son capital par tranche.

Par exemple, au lieu d’acheter 10 titres à 100 euros en une fois soit 1000 euros, nous pouvons en acheter 5 à 100 euros et 5 autres à 80 euros un mois plus tard, soit 900 euros. A l’opposé, en cas de hausse des titres, nos gains sont réduits. De plus, les dividendes que vous recevez régulièrement vous aide à lisser ce risque en vous apportant des liquidités supplémentaires à intervalles réguliers.

En somme, vous limitez les fluctuations de valeur de votre portefeuille et bénéficiez uniquement des tendances de long terme.

Mesurer l'impact que cela aurait eu depuis 1999

Vous disposez d'un outil qui reproduit les conditions du marché depuis 1999 sur le site MarieQuantier.com pour vous convaincre de l'utilité des versements progressifs:

Performance du portefeuille Marie Quantier en suivant les recommandations et avec un versement mensuel de 0 euros*

Performance sans versement

Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Tout investissement sur les marchés financiers ne sont pas garantie et comportent un risque de perte en capital.

*Performance annualisée brut sans les frais de gestion du contrat et les frais du service Marie Quantier


Performance du portefeuille Marie Quantier en suivant les recommandations et avec un versement mensuel de 100 euros*

Performance sans versement

Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Tout investissement sur les marchés financiers ne sont pas garantie et comportent un risque de perte en capital.

*Performance annualisée brut sans les frais de gestion du contrat et les frais du service Marie Quantier


A court terme, l’augmentation de la performance n’est pas significative. En revanche à long terme, vous avez gagné près de 2%.

Message réglementaire: "Attention, tout investissement comporte un risque de perte en capital. Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Les supports en unités de compte et ETF ne sont pas garantis et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse. L’entreprise d’assurance ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais pas sur leur valeur."


Nicolas Pierret