Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

La FED continue de financer la dette des USA
par Stig Descamps 20/09/2013 Marchés & Techno

La FED (banque centrale US) vient d’annoncer qu’elle ne diminuerait pas ses achats de bons du trésor tant que des signes de reprise durable de l’activité économique n’étaient pas observés. Les "Bulls", les acheteurs d’actions, interprètent cette décision comme le signal d’un maintien des taux d’intérêts autour des plus bas historiques, ce qui prend les ours, les vendeurs d'action au dépourvu. Les marchés actions sont donc repartis à la hausse. Pourtant, le message n’est pas si univoque !

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

La FED continue de financer la dette des USA

Depuis le 13 septembre 2008, date de la faillite de la banque Lehman Brothers, le risque principal qui pèse sur l’économie mondiale est la déflation.

De ce fait Bernanke, le président de la Américaine, a augmenté la masse monétaire au travers du POMO ("permanent open market operations") aussi appelé "". Avec cette création de monnaie sans précédent dans l’histoire, de nombreux acteurs ont craint la réapparition de l’hyperinflation et ont préconisé l’achat d’or en guise de protection du pouvoir d’achat.

En effet, la "Monnaie" que crée la banque centrale s’appelle "M1". Cette monnaie n’est pas celle que l’on utilise dans notre quotidien. La monnaie que nous utilisons et qui est utile à la stimulation de l’activité économique s’appelle M3. Or M1 se transforme en M3 par l’intermédiaire des crédits accordés par les banques et l’usage qu’en font les ménages et les entreprises. On parle aussi de la vitesse de circulation de la monnaie. C’est un peu le microprocesseur de l’économie. On la mesure grâce au pourcentage de M1 par rapport à M3.

Or, pour éviter la déflation, il faut s’assurer que M3 reste toujours supérieur au PIB ("GDP"). En effet, la déflation apparait lorsque que M3 baisse significativement plus vite que le PIB, qui mesure la création de richesses en termes de biens et de services. En effet, si la quantité de monnaie (M3) baisse beaucoup alors que la production reste identique, les prix baissent.

FED et dette USA

Bien que l’or (GOLD) ait augmenté dans un premier temps au vu de la hausse sans précédent de M1, signal d’anticipation de hausse de l’inflation, on s’aperçoit que M3 n’a pas toujours été supérieur au PIB depuis la fin de 2008. Ceci explique pourquoi les différents "Quantitative Easing" ont été si importants. En effet, encore actuellement, la FED injecte quasiment 100 milliards de dollar dans l’économie TOUS les mois.

En effet, la mauvaise santé du système financier américain exige toujours plus de M1 pour faire croître M3. On peut d’ailleurs se demander si les nouvelles régulations, comme Dodd-Franck, qui cherchent à réguler le système financier ne présentent pas ici d’effets pervers. Seul l’avenir nous éclairera sur ce point.

Les leçons à tirer de ces cinq dernières années:

  • Si le marché de l’or a commencé par suivre la création de M1, les risques persistants de déflation ont changé dramatiquement la perception vis-à-vis de l’inflation et ont entrainé une baisse importante de l’or.
  • Il faut de plus en plus de M1 pour obtenir du M3. C’est le signe que l’économie américaine est soit toujours malade, soit que son fonctionnement se rapproche de celui de l’économie européenne (qui a besoin de beaucoup de M1 et qui est aussi moins dynamique).
  • En période de déflation ou de désinflation, les grandes gagnantes sont les obligations et non pas les actions.


Stig Descamps