Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

Le match compte-titres versus assurance-vie
par Stig Descamps 16/12/2016 Le temps d'un café

Que choisir entre le compte-titres ou l’assurance-vie Marie Quantier ? Telle est la question que se pose, légitimement et sagement, tout nouveau client à Marie Quantier. En effet, nous proposons d’investir soit au sein d’un compte-titres, soit au sein de l’assurance-vie (il est également possible d’ouvrir les deux enveloppes). Nous avons donc décidé de faire une comparaison sous forme de match entre ces deux enveloppes selon différentes perspectives : la fiscalité, les frais, la garantie des avoirs, l’univers d’investissement et enfin le confort dans la modification de son portefeuille.

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Compte-titres ou assurance-vie, un choix important.

La fiscalité

L’assurance-vie dispose de caractéristiques fortes en ce qui concerne la fiscalité. Contrairement au compte-titres, l’assurance-vie bénéficie d’une fiscalité avantageuse à partir de la 4ème année en cas de retrait. En cas de rachat partiel ou total de votre capital, la fiscalité appliquée sur vos intérêts ou vos plus-values sera la suivante :

taxe

A cela, s’ajoute les prélèvements sociaux de 15,5% sur les plus-values.

Pour le compte-titres, c’est plus simple mais moins avantageux : les plus-values sont soumises à l’impôt sur le revenu (50% d’abattement pour une détention du titre comprise entre 2 et 8 ans, et 65% au-delà), les dividendes quant à eux, sont soumis à l’impôt sur le revenu après un abattement de 40%. A cela, s’ajoute aussi les prélèvements sociaux de 15,5% sur les plus-values.

Sur la fiscalité, le gagnant est : l’assurance-vie.

Le confort lors de la modification du portefeuille

Lorsque cela est nécessaire, notamment en cas de changement de météo Marie Quantier, nous envoyons à nos clients une notification leur indiquant qu’une nouvelle recommandation est disponible sur leur espace personnel. L’application de cette nouvelle recommandation (que le client peut ajuster s’il le souhaite), se traduit par l’envoi d’ordres d’achat/vente. Dans le cadre du compte-titres, cela prend quelques secondes pour l’exécution effective des achats/ventes dès que les places de marché sont ouvertes. En revanche, dans le cadre de l’assurance-vie, l’exécution des achats/ventes prend jusqu’à 2 jours ouvrés, avec des prix d’achats/ventes qui fluctuent entre temps. Ces deux jours supplémentaires entrainent automatiquement des risques supplémentaires puisque le portefeuille du client est alors potentiellement très différent de celui recommandé. Cela est moins confortable pour l’utilisateur bien que sans conséquence notable dans la plupart des cas.

Sur le confort lors de la modification de portefeuille, le gagnant est : le compte-titres.

La garantie en cas de faillite du dépositaire

Pour l’assurance-vie comme le compte-titres, un fonds de garantie peut être saisi en cas de faillite de l’établissement financier. Chez Marie Quantier, les investissements de l’assurance-vie Marie Quantier I sont chez l’assureur Suravenir (filiale du Crédit Mutuel Arkéa, à Brest en France). A ce titre, le montant garanti est de 70 000€. Pour les investissements du compte-titres Interactive Brokers, c’est Citigroup en Allemagne qui conserve vos fonds, au bénéfice exclusif de la clientèle Interactive Brokers. Ainsi, en cas de faillite d’Interactive Brokers, l’intégralité des actifs est restituée (à la condition que le client n’ait pas d’emprunt d’argent ou d’action et ne détienne pas de position sur des contrats à terme).

Sur la garantie en cas de faillite du dépositaire, le gagnant est : le compte-titres Interactive Brokers.

L’univers d’investissement Marie Quantier

Les titres disponibles pour investir ne sont pas totalement identiques que ce soit dans le cadre du compte-titres ou dans l’assurance-vie. Bien qu’étant une des assurances-vie les plus diversifiées en terme d’ETF, l’assurance-vie Marie Quantier I dispose de 35 ETF alors que l’on retrouve 60 ETF avec le compte-titres. La différence n’est pas sensible du point de vue de Marie Quantier, puisque l’ensemble des recommandations sont applicables de la même manière au sein du compte-titres ou de l’assurance-vie. Mais, et cela est important pour certains de nos clients, l’assurance-vie dispose en plus d’ETF, des fonds de sociétés de gestion telles que Carmignac, Blackrock ou Amundi, 28 au total.

Sur l’univers d’investissement Marie Quantier, le gagnant est : cela dépend des préférences du client.

Les frais

Enfin, les frais. Chez Marie Quantier nous avons cette préoccupation constante de réduire au maximum les frais. Cette diminution des frais ne se traduit pas de la même manière que ce soit dans le compte-titres ou l’assurance-vie. Frais de gestion du contrat d’assurance-vie, des supports, d’arbitrage/transaction et abonnement Marie Quantier, tout cela s’ajoute et il est parfois difficile de quantifier l’impact total. Nous avons donc réalisé l’analyse des frais totaux annuels pour un portefeuille de 30 000€ et un portefeuille de 100 000€ pour les deux enveloppes d’investissement disponibles chez Marie Quantier, en voici les résultats :

frais

Hypothèses considérées pour les calculs : frais de gestion moyen des ETF : 0.25% par an ; frais de gestion de fonds en euros : 0.60% par an 0.60% par an; frais de gestion des UC : 0.60% par an; frais d’arbitrage des UC : 0.10% du montant de l’arbitrage; frais de transaction moyen chez IB : 0,10%; frais de transaction minimum IB : 10 dollars par mois; abonnement Marie Quantier – Perso : 17,90€ par trimestre et 5% sur les gains; hypothèse de performance : 5% par an.

Sur les frais, le gagnant est : le compte-titre.

En conclusion, le choix entre le compte-titres et l’assurance-vie doit toujours faire partie d’une réflexion sur la situation personnelle de l’investisseur et de sa sensibilité. Car, et nous venons de la voir, il n’existe pas de réponse universelle. Nos conseillers sont en permanence disponibles pour vous accompagner dans cette démarche importante.

Message réglementaire: "Attention, tout investissement comporte un risque de perte en capital. Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Les supports en unités de compte et ETF ne sont pas garantis et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse. L’entreprise d’assurance ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais pas sur leur valeur."


Stig Descamps