Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

Les frais de transaction peuvent réduire votre performance à néant
par Nicolas Pierret 05/04/2015 Le temps d'un café

Nous avons mis à disposition de nos lecteurs: 1/ le 1er comparatif de coûts de l'Assurance-Vie (https://www.mariequantier.com/blog/analyse) 2/ un comparatif des courtiers en ligne sur mariequantier.com/cost 3/ une enquête exclusive pour le magazine Capital n°292 janvier 2016

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Les frais de transaction pratiqués par les courtiers, y compris en ligne, peuvent réduire la performance à néant.

Des intermédiaires indispensables à l’investissement

Dans mon parcours d’investisseur débutant, j’ai rencontré en premier le monde des courtiers en ligne. Pourquoi en ligne ? Parce que je me suis vite aperçu qu'investir en passant par une banque est une folie lorsque l'on a moins de 200 000 euros à investir sur les marchés financiers. Ces courtiers en ligne sont souvent liés à des banques de renom : Boursorama avec Société Générale, Fortunéo avec Crédit Mutuel, Cortal Consors avec BNP, etc... Cela est une excellente chose parce que les courtiers détiennent nos avoirs et en garantissent la sécurité. Leur rôle principal est celui d’intermédiaires entre nos comptes et les marchés financiers. Les courtiers achètent et vendent les titres financiers que nous souhaitons sur les différentes bourses et placent ces titres sur notre compte. Les courtiers se rémunèrent au moyen d’une commission que nous appelons frais de transaction ou frais de courtage.

Des acteurs comme Boursorama, ING, Interactive Brokers, Bourse Direct, Binck, Saxo, Fortunéo ou d’autres se livrent une bataille féroce pour le bien des investisseurs. Nous aimerions d'ailleurs que cette bataille devienne un peu plus violente pour vous dire la vérité. En effet, le service proposé actuellement est loin de mériter les frais réclamés. Lorsque l'on observe les frais de courtage à l'étranger qui sont beaucoup moins élevés, nous pensons que la bataille des coûts ne fait que commencer...

J’ai voulu vérifier que les offres promotionnelles n’étaient pas la partie émergée de l’iceberg et ne cachaient pas de frais plus important.

Diversifier son portefeuille sur différentes places de marché

En effet, afin d'attirer toujours plus de clients, les courtiers proposent des frais de courtage très faibles allant même jusqu’à un euro par ordre pour certain sans aucun droit de garde. Pour cela, j’ai appliqué la doctrine Marie Quantier qui cherche à diversifier ses recommandations d’investissements parmi différentes catégories de titres, les actions et les obligations mais aussi sur différentes zones géographiques (en effet étant l'un des fondateurs de Marie Quantier, je crois fermement dans les vertus de la diversification). Cette méthode permet de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, seul moyen de réduire les risques sur les marchés financiers. Les titres sont disponibles sur différentes places de marchés (bourse) comme l’Euronext à Paris-Amsterdam-Bruxelles, le NYSE aux Etats-Unis, le Xetra en Allemagne et le LSE au Royaume Uni. En outre, pour une gestion patrimoniale de long terme qui suit les grandes tendances de l'économie, les modifications de portefeuille n’interviennent qu’une ou deux fois par an en moyenne, ce qui limite le nombre de transaction.

Le résultat est édifiant. En dehors des titres disponibles sur la place de marché Euronext à Paris, Amsterdam et Bruxelles, les courtiers en ligne français proposent des frais de courtage très éloignés des quelques euros annoncés sur leur site internet.

frais de transaction des courtiers

La face cachée de l’iceberg

Bourse Direct et Saxo proposent les tarifs les plus attractifs pour les patrimoines autour de 5000 euros. Cependant, ceux-ci augmentent fortement avec le montant investi. Ces deux courtiers ne demandent aucun abonnement ni nombre de transaction minimum mais les frais de courtage augmentent.

Message réglementaire: "Attention, tout investissement comporte un risque de perte en capital. Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Les supports en unités de compte et ETF ne sont pas garantis et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse. L’entreprise d’assurance ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais pas sur leur valeur."


Nicolas Pierret