Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

Investir en Chine
par Mathieu Hamel 20/01/2015 Le temps d'un café

Nous déconseillons toujours d’investir significativement dans les entreprises cotées de Chine continentale.

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Ce qu'il faut savoir avant d'investir en Chine

Des réformes qui vont dans le bon sens

Les réformes vont dans le bon sens en accordant plus de liberté aux entreprises et en cherchant à réduire le poids des entreprises publiques. En effet, à l’heure actuelle, encore trop peu d’entreprises tirent leur croissance en offrant des produits de consommation au marché intérieur chinois. De plus, l’ampleur des prêts douteux accordés par les entreprises publiques constitue un risque pour la stabilité financière de la Chine. Ils ont en effet représenté jusqu’à 40% du total des crédits accordés. Quelques mesures ont attirés particulièrement notre attention.

Hukou et sort des travailleurs migrants : Dickens en Chine

Tout d’abord la réforme du Hukou. La Chine est composée de multiples provinces dans lesquelles il n’est possible pour les travailleurs de se déplacer de l’une vers l’autre sans obtenir un permis : le Hukou. C’est l’équivalent d’un visa de travail. La réforme du Hukou s’attaque donc au sort des travailleurs migrants, les mingong (200 à 300 millions de travailleurs). Ces travailleurs sont bien souvent journalier et connaissent des conditions de travail ne leur permettant pas d’intégrer les rangs de la classe moyenne. C'est une limite au développement du marché intérieur et cela participe à l'augmentation des tensions sociales.

Réforme de la propriété des terres agraires, vers la fin de la spoliation de masse

Ensuite, la réforme de l’attribution de la propriété des terres agraires. Dans le cadre du formidable développement des infrastructures, les autorités provinciales ou celles de Beijing ont la possibilité de réquisitionner les terrains agricoles, collectivisés ou non. Le projet le plus emblématique est celui du barrage des trois gorges au centre du pays, à proximité de Chongqing. Il a entrainé le déplacement d’au moins 1,4 millions de personnes et l’affrontements de milliers de personnes. De plus, il était encore courant en 2012 de voir les promoteurs immobiliers de l'ouest de la Chine, de Chengdu par exemple, accepter des taux d'intérêt de 3,5% par mois. Cela équivaut à 40% par an. Cela n'est possible que si la plus value réalisée est exceptionnellement importante. Dit autrement, le foncier n'est pas payé à son juste prix et cela est rendu possible par la spoliation des individus ou de la collectivité.

Pour investir, il faut pouvoir obtenir un compte de résultat fiable

Il est indispensable pour investir sur les marchés financiers de pouvoir se pencher sur les résultats comptables des entreprises. En effet, comment faire la différence entre une pépite et un tacot sans cela ? Ce que nous apprennent ces réformes, c’est que le droit des personnes à disposer de leur existence et à jouir des fruits de leur travail n’est toujours pas assuré en Chine. Par conséquent, comment développer suffisamment de confiance dans la probité des états financiers des entreprises ? C’est tout simplement impossible.

L'innovation est la seule source intarissable de croissance

Il est possible que les marchés financiers chinois s’apprécient dans un avenir proche. Pourtant, nous préférons ne pas participer à cette hausse car nous n’avons aucun moyen de mesurer la qualité des produits financiers présentés en tant qu’investisseurs vivant en dehors de Chine.

Investir en Chine ? Oui, mais pas tout de suite

De plus, tant que l’état de droit ne sera pas mieux protégé, l’innovation ne trouvera pas en Chine la possibilité de s’épanouir. En effet, sans protection de la propriété intellectuelle, il n’est pas possible d’innover durablement. Dès lors, rien ne garantit que la croissance économique permettra continuellement à tous les actifs d'augmenter, sans exception.

En revanche, si la Chine parvenait dans les dix prochaines années à réussir la réforme des terres agraires et du Hukou alors, il serait alors temps d’envisager jeter un œil à la bourse de Shanghai.


Mathieu Hamel