Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

Quand l'Histoire s'accélère ... Corée ? Non, Charlottesville
par Mathieu Hamel 13/08/2017 Le temps d'un café

La météo des marchés a changé. Pour autant, nous ne recommandons pas d'exécuter tout de suite les ordres.

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Bonjour à tous,

Nouvelle météo mais pas d'exécution d'ordres

Quel WE ! 15 Août, on devrait tranquillement profiter des choses futiles de l'été. Mais l'histoire, l'Histoire pardon, s'accélère et percute les marchés financiers.

Une nouvelle météo des marchés

La semaine dernière avec une mécanique bien connue, nous avons constaté un changement de météo des marchés (nouvelle météo des marchés). Bonne nouvelle ? Oui. Après avoir été trop surévaluées, les actions prises dans leur ensemble se retrouvent à nouveau à un niveau acceptable :

  • Augmentation de leurs bénéfices depuis le début de l'année
  • Baisse de leurs prix la semaine dernière avec la montée des tensions avec la Corée du Nord
  • et corollaire du retour de la tension, refuge vers les actifs les plus sûrs : augmentation des obligations d'État (et donc mécaniquement baisse des taux d'intérêt)
  • Pour toutes ces raisons, nous nous apprêtions à envoyer à nos clients une notification pour qu'ils puissent adapter leur portefeuille. J'étais réjoui. Des investisseurs particuliers auraient pu suivre un conseil financier depuis une application mobile en quelques clics. Cela aurait été une 1ère mondiale ! Malgré 250 millions d'euros investis, HSBC n'a pas réussi à le faire et BNP dépense actuellement pour cela 3 milliards d'euros. Ils parviendront à quelque chose, mais en attendant, c'est l'équipe de Marie Quantier qui réalise cette 1ère mondiale.

    L'Histoire s'accélère

    Oui, mais voilà, rien ne va plus. Le modèle automatisé d'analyse des marchés financiers de Marie Quantier nous dit de changer. Mais ce dimanche matin, les humains reprennent le contrôle. Ce matin, nous étions tous autour de la messagerie Slack dès 7h.

    La probabilité d'une guerre en Corée est faible

    Kim Jung Un a-t-il lancé un nouveau missile balistique et la guerre va éclater ? Non. Après la clôture de vendredi soir, il nous a semblé que les acteurs avaient digéré les risques de conflit : proche de zéro

  • Les Nord-Coréens détestent les US qui ont éliminé 20% de la population Nord-Coréenne (selon le Général Américain Curtis LeMay)
  • La dissuasion nucléaire pour la Corée du Nord est devenu un combat national que chaque Nord-Coréen partage
  • La Chine a décidé de ne pas soutenir les US : la Chine reste neutre en cas de riposte des US à une frappe préventive de la Corée ET protégera la Corée en cas d'attaque préventive des USA
  • C'est pourquoi dès vendredi soir le S&P500 à la bourse de New York finissait en hausse après une baisse culminant à 1% sur la semaine : l'équivalent pour les marchés du "circulez, y à rien à voir".

    Les blancs racistes américains ont décidé ce week end de venir collecter les dividendes de leur soutien à Trump.

    Depuis ce matin, j'ai la sensation que l'Histoire s'accélère depuis Charlottesville aux USA. Que se passe-t-il ?

    Hier, un regroupement de suprémacistes Blancs a eu lieu autour de la défense de la statue du Général Lee. Suprémacistes Blancs aux USA, cela veut dire des milices armées de fusils semi-automatiques, des drapeaux Nazis, le grand "guru" du KKK et des chants appelant à l'extermination des "juifs enfants de satans".

    Une contre-manifestation a été organisée et un acte terroriste a eu lieu. Un suprémaciste a utilisé une voiture bélier et a foncé dans la foule. L'accélération de l'Histoire provient de la réaction du Président des USA, D. Trump : faible voire inexistante.

    Le pacte avec le diable du génie politique Trump

    Pour bien comprendre, je vous redonne du contexte :

  • Trump a, en 1er, senti l'opportunité politique de la défense de la population blanche pauvre et déclassée aux USA. Ce combat politique qui mérite d'exister dans un pays où les minorités défendent des droits, car aux USA, les blancs pauvres déclassés sont devenus une nouvelle minorité à qui il faut assurer un minimum de droits et de dignité. Il faut faire un trajet entre New York et Toronto par exemple en Greyhound pour comprendre ce que cela recouvre. Certains pauvres du Nord Est des USA vivent avec un pouvoir d'achat en parité de pouvoir d'achat proche des bidonvilles des pays d'Asie du Sud-Est. Les gens n'ont pas accès à toute la nourriture, vivent dans des villages composés de mobile home de plus de 30 ou 40 ans. Ils n'ont pas accès aux soins, sont illettrés. C'est cela qui rend le combat de Trump planté dans la terre.
  • Mais pour gagner son élection, Trump a fait un pacte avec le diable : David Duke (KKK), Charles Lindhberg (pro-Nazi dans les année 30 et inventeur du slogan America first) et Steve Bannon (Breitbart news : média complotiste et suprémaciste). Trump, dont le père était un membre notoire du Ku Klux Klan, n'a pas choisi par hasard America First comme slogan. L'alliance stratégique a été bien pensée et fut gagnante. Les Ted Cruz (prétendant républicain du Texas allié aux évangélistes) ou autre Marco Rubio (idem pour la Floride mais allié à la ligne Républicaine classique pro-business et moins d'Etat) ont été laminés par le raz de marée Trump.
  • Une Amérique peu éduquée au niveau des masses populaires qui a pris de plein fouet l'ère de l'internet et des informations "relatives" et de la disparition de la presse de référence. J'en profite que je viens encore d'avoir une discussion de bar, dans la riche Californie, avec un avocat gay sur la transsexualité de Michelle Obama. Oui, vous entendez bien ! Selon lui, Barack serait le 1er président gay, ses enfants seraient adoptés et Michelle serait un transsexuelle. Vous ne me croyez pas ? Il existe de nombreux sites sur le sujet.
  • La constitution américaine saura sortir la démocratie US de cette impasse raciste, populiste et violente.

    Les réformes ne sont plus probables, la division des Républicains ne peut plus être cachée

    L'unité du parti Républicain vient d'exploser aux yeux de tous. Il n'y a pas un parti républicain mais au moins deux. Ce que cela veut dire, au-delà du drame de voir des drapeaux nazis aux USA, c'est qu'il n'y a plus aucune chance de voir une quelconque réforme être votée à la rentrée. Or une partie de la hausse depuis Trump reposait sur la perspectives d'une réforme fiscale qui aurait permis de rapatrier les bénéfices logés à l'étranger des entreprises américaines pour financer un ambitieux plan d'infrastructure. De plus, la réduction des impôts devait stimuler l'activité économique.

    L'Amérique est en état de choc et les financiers qui disaient en rigolant : "tant que c'est Trump, tu achètes sans te poser de question" vont devoir contempler l'ampleur des dégâts. Les républicains vont chercher à se distancier de Trump, qui juste avant les événements de Charlottesville, avait tancé Mitch McConnell, le leader des républicains au Sénat. Trump a accusé McConnell d'être responsable de l'échec de la réforme de l'Obamacare. McConnell va maintenant se défendre. Les réformes tant attendues n'auront pas lieu. Depuis les événements de ce WE et tous les messages opposés au sein des républicains, le marché ne peut plus compter sur l'obtention de réformes.

    En attendant, bien que la météo suggère de modifier l'allocation de portefeuille, je recommande d'attendre et de ne pas exécuter les ordres le temps que cette information inédite et imprévisible soit digérée par le marché.

    Bien à vous,


    Mathieu Hamel