Investissement sur les marchés financiers, Gestion de portefeuille personnel, ETF & Technologies, Assurance-vie

Les actions sont en hausse depuis plusieurs mois : Euphorie ou Expansion ?
par Nicolas Pierret 24/05/2017 Le temps d'un café

Lorsque l’on voit que les actions augmentent alors que l’on n'est pas investi, on se dit souvent “moi aussi je veux en profiter”. Vous connaissez cette frustration d’avoir manqué le filon alors que vos proches se délectent d’avoir fait +5%. Oui, c’est rageant. Mais parfois, bien vous a pris de ne pas en être. Surtout, lorsqu’une nouvelle imprévue vient faire chuter les marchés et annuler en un jour les gains de vos amis voire pire encore. Finalement, qui était le plus malin ? Pour obtenir en temps réel un diagnostic objectif de la valeur des actions et investir sereinement, Marie Quantier vous propose son indicateur, le MQ Multiple.

S'abonner aux notes hebdomadaires Marie Quantier

Comment évaluer la valeur d’une action ?

Comme pour tout actif financier comme l’immobilier, les œuvres d’art ou les voitures de collection, la première chose à connaitre lorsque l’on investit sur les actions est la valeur à laquelle on les achète. La maxime des financiers de haut vol qui tient plus d’une lapalissade que d’un conseil avisé d’expert est “buy low, sell high” (“acheter pas cher, vendre cher” en anglais dans le texte). Chose évidente mais qui ne l’est pas toujours lorsque l’on n'a pas toutes les informations ou le temps de les obtenir. En résumé, comment savoir si les actions sont surévaluées ou sous-évaluées ? Est-ce une opportunité qu'il ne faut pas rater ou une bulle qui risque d’éclater aussi rapidement qu’elle n’est apparue ? Pour vous faciliter cette analyse et prendre une décision rationnelle sans être tenté par l’appel des sirènes, Marie Quantier a développé son propre indicateur, le MQ Multiple.

Pour évaluer la valeur d’une action, vous connaissez peut-être, ou peut-être pas d’ailleurs, l’indicateur du ratio cours sur bénéfices ou “price earning ratio” (P/E). Celui-ci consiste à évaluer la valeur (Price) d’une action en fonction d’un multiple de ses résultats (Earnings). Par exemple, la valeur juste d’une action peut être égale à 10 fois les résultats de l’entreprise considérée. Le niveau du multiple peut alors varier d’un secteur d'activité à un autre.

Dans l’exemple suivant, le P/E du secteur “Santé” représenté par l'indice Dow Jones US Health Care est à 25,59 :



Celui sur le secteur des “Télécom” représenté par l'indice S&P Telecom Select Industry est à 61,64 :



En effet, un secteur en forte croissance comme la technologie est plus susceptible de générer des bénéfices qu’un secteur en souffrance comme les télécoms. En général, le niveau d’équilibre se détermine par rapport à la moyenne de ce P/E sur l’historique. La moyenne sur les 10 dernières années sur l’ensemble des secteurs de l’économie est de 17. Raisonnement très schématique, vous pouvez en convenir, car beaucoup de critères peuvent intervenir pour justifier d’un niveau plus élevé ou plus bas d’un P/E d’une action.

Cet indicateur peut donc être une première bonne approche pour déterminer la valeur d’une action. Cependant, celui-ci s’avère imparfait. En effet, il ne prend pas en compte les facteurs macro-économiques qui peuvent avoir un impact important sur la valeur d’une action. Une société située dans une économie en forte croissance à plus de chance de faire des bénéfices qu’une entreprise du même secteur dans une zone géographique en déclin.

Un indicateur innovant de cherté des actions

Marie Quantier a donc développé son propre indicateur ajusté des facteurs macro-économiques ou P/E macro-ajusté, le MQ Multiple. C’est-à-dire que les facteurs macro-économiques comme la croissance estimée du PIB ou les taux d’intérêt sont intégrés pour pouvoir comparer ce qui est comparable.

Prenez deux coureurs sur la ligne de départ. L’un court sur une piste standard, l’autre sur un tapis roulant. Je vous le donne en mille, le 2e coureur a plus de chance de gagner.


Marie Quantier fait en sorte que les 2 coureurs partent sur la même ligne de départ avec les mêmes conditions de course.

La beauté du MQ Multiple ou P/E macro-ajusté est de pouvoir ressusciter le niveau de P/E développé par le financier Benjamin Graham, mentor de l’oracle d’Omaha, Warren Buffett. Selon lui, le prix d'une action ne devrait pas dépasser 16 fois son bénéfice. Cependant, ce niveau définit la limite inférieure pour des actions “chères” dans une économie neutre, c’est-à-dire non influencée par des facteurs extérieurs. Le P/E macro-ajusté permet aux investisseurs d'isoler le facteur d'exubérance dans les prix des actions, c’est à dire celui à l’origine des bulles, en neutralisant les effets perturbateurs des facteurs macroéconomiques. En effet, le P/E laissé seul n’évalue pas les opportunités proposées par d'autres titres comme les obligations. Pour illustrer, plus les taux d'intérêt des obligations sont élevés moins les actions sont attrayantes et plus elles sont relativement «chères».

Enfin, comme nous l’avons évoqué précédemment, le P/E ne tient pas compte de la croissance du PIB. En effet, lorsque la croissance est élevée, il est plus facile pour une entreprise d’augmenter ses gains par action (EPS) au fil des années. En conséquence, pour un même multiple, plus la croissance économique est élevée, moins les actions sont «chères».

16 est maintenant la valeur repère

Marie Quantier vous facilite la vie et vous offre en temps réel le MQ Multiple pour les actions européennes et les actions américaines. Les actions européennes sont représentées par l’indice Eurostoxx 50, les 50 plus grandes entreprises européennes. Les actions américaines sont illustrées par l’indice S&P 500, les 500 plus grandes entreprises américaines.

Le MQ Multiple est calculé en permanence avec les nouvelles informations du jour. Vous pouvez ainsi en un clin d’oeil évaluer la valeur des actions. Le parti pris de Marie Quantier est que les actions américaines sont prépondérantes dans l’analyse du marché action. En effet, les mouvements financiers provenant principalement des fonds de pension américains, ils influencent par conséquent les mouvements des autres marchés. C’est pour cette raison que l'icône des Etats-Unis est plus grand que celui de l’Europe sur notre indicateur de cherté.

Lorsque le MQ Multiple est au-delà de 16, les actions sont sur-évaluées, c’est-à-dire trop chères. Nous recommandons de ne pas ou très peu investir en actions.



Lorsque le MQ Multiple est en dessous de 16, les actions sont sous-évaluées, c’est à dire peu chères. Nous recommandons donc d’investir en actions.



La situation transitoire est celle d’un passage du MQ Multiple d’une situation de sur-évaluation des actions (au delà de 16) à un situation de sous-évaluation (en dessous de 16). Il s’agit d’ailleurs de la situation de ces derniers jours. Nous attendons dans ce cas une confirmation de baisse de plusieurs jours consécutifs du MQ Multiple pour confirmer la situation d’un retour à un prix bas des actions.



Sommes-nous donc actuellement en Euphorie ou Expansion ?

La météo des marchés de Marie Quantier est une synthèse des conditions macro-économiques mondiales et du MQ Multiple. Les indicateurs économiques restent très bien orientés. Le diagnostic de l’économie mondiale est en amélioration.

En ce qui concerne le MQ Multiple, celui-ci a fortement baissé ces dernières semaines du fait des très bons résultats d’entreprises. Il s'est établi autour de 14. Nous restons donc dans un état dit “Euphorie”. Cette situation pourrait évoluer dans les prochaines semaines vers un état dit “Expansion” si la baisse du MQ Multiple venait à se confirmer. Dans ce cas, nous passerions d’un portefeuille composé actuellement de 10% d'actions et 90% d’obligations à un portefeuille de 70% actions et 30% d’obligations.



Message réglementaire: "Attention, tout investissement comporte un risque de perte en capital. Les performances passées ne présagent pas des performances futures. Les supports en unités de compte et ETF ne sont pas garantis et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse. L’entreprise d’assurance ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais pas sur leur valeur."


Nicolas Pierret